.

/ Notre-Dame de Paris

( 1 20)



. ., . ., , , , 2015

һ, 2015

Livre premier

I
La grandsalle

Il y a aujourdhui trois cent quarante-huit ans six mois et dix-neuf jours que les Parisiens s?veill?rent au bruit de toutes les cloches sonnant ? grande vol?e dans la triple enceinte de la Cit?, de lUniversit? et de la Ville.

Ce nest cependant pas un jour dont lhistoire ait gard? souvenir que le 6 janvier 1482. Rien de notable dans l?v?nement qui mettait ainsi en branle, d?s le matin, les cloches et les bourgeois de Paris. Ce n?tait ni un assaut de Picards ou de Bourguignons, ni une ch?sse men?e en procession, ni une r?volte d?coliers dans la vigne de Laas, ni une entr?e de notredit tr?s redout? seigneur monsieur le roi, ni m?me une belle pendaison de larrons et de larronnesses ? la Justice de Paris.

Le 6 janvier, ce qui mettait en ?motion tout le populaire de Paris[1]1
ce qui mettait en ?motion tout le populaire de Paris


[]
, comme dit Jehan de Troyes[2]2
Jehan de Troyes XV


[]
, c?tait la double solennit?, r?unie depuis un temps imm?morial, du jour des Rois et de la F?te des Fous.

Le peuple affluait surtout dans les avenues du Palais de Justice, parce quon savait que les ambassadeurs flamands, arriv?s de la surveille, se proposaient dassister ? la repr?sentation du myst?re et ? l?lection du pape des fous, laquelle devait se faire ?galement dans la grand-salle.

Ce n?tait pas chose ais?e de p?n?trer ce jour-l? dans cette grand-salle, r?put?e cependant alors la plus grande enceinte couverte qui f?t au monde. La place du Palais, encombr?e de peuple, offrait aux curieux des fen?tres laspect dune mer, dans laquelle cinq ou six rues, comme autant dembouchures de fleuves, d?gorgeaient ? chaque instant de nouveaux flots de t?tes.

Aux portes, aux fen?tres, aux lucarnes, sur les toits, fourmillaient des milliers de bonnes figures bourgeoises, calmes et honn?tes, regardant le palais, regardant la cohue, et nen demandant pas davantage; car bien des gens ? Paris se contentent du spectacle des spectateurs, et cest d?j? pour nous une chose tr?s curieuse quune muraille derri?re laquelle il se passe quelque chose.

Les deux extr?mit?s de la grand-salle du Palais ?taient occup?es, lune par la fameuse table de marbre, si longue, si large et si ?paisse que jamais on ne vit, disent les vieux papiers terriers, dans un style qui e?t donn? app?tit ? Gargantua; lautre, par la chapelle o? Louis XI s?tait fait sculpter ? genoux devant la Vierge, et o? il avait fait transporter, sans se soucier de laisser deux niches vides dans la file des statues royales, les statues de Charlemagne et de saint Louis, deux saints quil supposait fort en cr?dit au ciel comme rois de France.

Au milieu de la salle, vis-?-vis la grande porte, une estrade de brocart dor, adoss?e au mur, et dans laquelle ?tait pratiqu?e une entr?e particuli?re au moyen dune fen?tre du couloir de la chambre dor?e, avait ?t? ?lev?e pour les envoy?s flamands et les autres gros personnages convi?s ? la repr?sentation du myst?re.

Cest sur la table de marbre que devait, selon lusage, ?tre repr?sent? le myst?re.

Elle avait ?t? dispos?e pour cela d?s le matin; sa riche planche de marbre, toute ray?e par les talons de la basoche, supportait une cage de charpente assez ?lev?e, dont la surface sup?rieure, accessible aux regards de toute la salle, devait servir de th??tre, et dont lint?rieur, masqu? par des tapisseries, devait tenir lieu de vestiaire aux personnages de la pi?ce. Une ?chelle, na?vement plac?e en dehors, devait ?tablir la communication entre la sc?ne et le vestiaire, et pr?ter ses roides ?chelons aux entr?es comme aux sorties. Il ny avait pas de personnage si impr?vu, pas de p?rip?tie, pas de coup de th??tre qui ne f?t tenu de monter par cette ?chelle. Innocente et v?n?rable enfance de lart et des machines!

Quatre sergents du bailli[3]3
bailli ( , )


[]
du Palais, gardiens oblig?s de tous les plaisirs du peuple les jours de f?te comme les jours dex?cution, se tenaient debout aux quatre coins de la table de marbre.

Ce n?tait quau douzi?me coup de midi sonnant ? la grande horloge du Palais que la pi?ce devait commencer. C?tait bien tard sans doute pour une repr?sentation th??trale; mais il avait fallu prendre lheure des ambassadeurs.

Or toute cette multitude attendait depuis le matin.

Il y avait entre autres un groupe de ces joyeux d?mons qui, apr?s avoir d?fonc? le vitrage dune fen?tre, s?tait hardiment assis sur lentablement, et de l? plongeait tour ? tour ses regards et ses railleries au dedans et au dehors, dans la foule de la salle et dans la foule de la place. ? leurs gestes de parodie, ? leurs rires ?clatants, aux appels goguenards quils ?changeaient dun bout ? lautre de la salle avec leurs camarades, il ?tait ais? de juger que ces jeunes clercs ne partageaient pas lennui et la fatigue du reste des assistants, et quils savaient fort bien, pour leur plaisir particulier, extraire de ce quils avaient sous les yeux un spectacle qui leur faisait attendre patiemment lautre.

Sur mon ?me, cest vous, Joannes Frollo de Molendino! criait lun deux ? une esp?ce de petit diable blond, ? jolie et maligne figure; vous ?tes bien nomm? Jehan du Moulin, car vos deux bras et vos deux jambes ont lair de quatre ailes qui vont au vent. Depuis combien de temps ?tes-vous ici?

Par la mis?ricorde du diable, r?pondit Joannes Frollo, voil? plus de quatre heures, et jesp?re bien quelles me seront compt?es sur mon temps de purgatoire. Jai entendu les huit chantres du roi de Sicile entonner le premier verset de la haute messe de sept heures dans la Sainte-Chapelle.

De beaux chantres, reprit lautre, et qui ont la voix encore plus pointue que leur bonnet! Avant de fonder une messe ? monsieur saint Jean, le roi aurait bien d? sinformer si monsieur saint Jean aime le latin psalmodi? avec accent proven?al.

Cest pour employer ces maudits chantres du roi de Sicile quil a fait cela! cria aigrement une vieille femme dans la foule au bas de la fen?tre. Je vous demande un peu! mille livres parisis pour une messe! et sur la ferme du poisson de mer des halles de Paris, encore!

Paix! vieille, reprit un gros et grave personnage qui se bouchait le nez ? c?t? de la marchande de poisson; il fallait bien fonder une messe. Vouliez-vous pas que le roi retomb?t malade?

Bravement parl?, sire Gilles Lecornu, ma?tre pelletier-fourreur des robes du roi! cria le petit ?colier cramponn? au chapiteau.

Un ?clat de rire de tous les ?coliers accueillit le nom malencontreux du pauvre pelletier-fourreur des robes du roi.

?H?! sans doute, continuait le petit d?mon du chapiteau. Quont-ils ? rire? Honorable homme Gilles Lecornu, fr?re de ma?tre Jehan Lecornu, pr?v?t de lh?tel du roi, fils de ma?tre Mahiet Lecornu, premier portier du bois de Vincennes, tous bourgeois de Paris, tous mari?s de p?re en fils!

La gaiet? redoubla. Le gros pelletier-fourreur, sans r?pondre un mot, seffor?ait de se d?rober aux regards fix?s sur lui de tous c?t?s.

Enfin un de ceux-ci, gros, court et v?n?rable comme lui, vint ? son secours.

?Abomination! des ?coliers qui parlent de la sorte ? un bourgeois! de mon temps on les e?t fustig?s avec un fagot dont on les e?t br?l?s ensuite.

La bande enti?re ?clata.

?Hol?h?! qui chante cette gamme? quel est le chat-huant de malheur?

Tiens, je le reconnais, dit lun; cest ma?tre Andry Musnier.

Parce quil est un des quatre libraires jur?s de lUniversit?! dit lautre.

Eh bien, reprit Jean Frollo, il faut leur faire le diable ? quatre.

Musnier, nous br?lerons tes livres.

Musnier, nous battrons ton laquais.

Musnier, nous chiffonnerons ta femme.

La bonne grosse mademoiselle Oudarde.

Qui est aussi fra?che et aussi gaie que si elle ?tait veuve.

Que le diable vous emporte! grommela ma?tre Andry Musnier.

Jehan, ma?tre du champ de bataille, poursuivit avec triomphe:

?Beaux sires, que nos gens de lUniversit?! navoir seulement pas fait respecter nos privil?ges dans un jour comme celui-ci! Enfin, il y a mai et feu de joie ? la Ville; myst?re, pape des fous et ambassadeurs flamands ? la Cit?; et ? lUniversit?, rien!

Cependant la place Maubert est assez grande! dit un des clercs cantonn?s sur la table de la fen?tre.

? bas le recteur, les ?lecteurs et les procureurs!

? propos, le recteur! le voici qui passe dans la place, cria un de ceux de la fen?tre.

Ce fut ? qui se retournerait vers la place.

?Est-ce que cest vraiment notre v?n?rable recteur ma?tre Thibaut? demanda Jehan Frollo du Moulin, qui, s?tant accroch? ? un pilier de lint?rieur, ne pouvait voir ce qui se passait au dehors.

Oui, oui, r?pondirent tous les autres, cest lui, cest bien lui, ma?tre Thibaut le recteur.

C?tait en effet le recteur et tous les dignitaires de lUniversit? qui se rendaient processionnellement au-devant de lambassade et traversaient en ce moment la place du Palais. Les ?coliers, press?s ? la fen?tre, les accueillirent au passage avec des sarcasmes et des applaudissements ironiques. Le recteur, qui marchait en t?te de sa compagnie, essuya la premi?re bord?e; elle fut rude.

?Bonjour, monsieur le recteur! Hol?h?e! bonjour donc!

Comment fait-il pour ?tre ici, le vieux joueur? Il a donc quitt? ses d?s?

Comme il trotte sur sa mule! elle a les oreilles moins longues que lui.

Hol?h?e! bonjour, monsieur le recteur Thibaut! Tybalde aleator[4]4
Tybalde aleator (.) 䠖


[]
! vieil imb?cile! vieux joueur!

Dieu vous garde! avez-vous fait souvent double-six cette nuit?

Oh! la caduque figure, plomb?e, tir?e et battue pour lamour du jeu et des d?s!

O? allez-vous comme cela, Tybalde ad dados, tournant le dos ? lUniversit? et trottant vers la Ville?

Il va sans doute chercher un logis rue Thibautod?[5]5
Thibautod? , .


[]
, cria Jehan du Moulin.

Toute la bande r?p?ta le quolibet avec une voix de tonnerre et des battements de mains furieux.

En ce moment midi sonna.

?Ha! dit toute la foule dune seule voix. Les ?coliers se turent. Puis il se fit un grand remue-m?nage, un grand mouvement de pieds et de t?tes, une grande d?tonation g?n?rale de toux et de mouchoirs; chacun sarrangea, se posta, se haussa, se groupa; puis un grand silence. Cette foule attendait depuis le matin trois choses: midi, lambassade de Flandre, le myst?re. Midi seul ?tait arriv? ? lheure.

Pour le coup c?tait trop fort.

On attendit une, deux, trois, cinq minutes, un quart dheure; rien ne venait. Lestrade demeurait d?serte, le th??tre muet. Cependant ? limpatience avait succ?d? la col?re. Les paroles irrit?es circulaient, ? voix basse encore, il est vrai. Le myst?re! le myst?re! murmurait-on sourdement. Les t?tes fermentaient. Une temp?te, qui ne faisait encore que gronder, flottait ? la surface de cette foule.

En cet instant, la tapisserie du vestiaire que nous avons d?crit plus haut se souleva, et donna passage ? un personnage dont la seule vue arr?ta subitement la foule, et changea comme par enchantement sa col?re en curiosit?.

?Silence! silence!

Le personnage, fort peu rassur? et tremblant de tous ses membres, savan?a jusquau bord de la table de marbre, avec force r?v?rences qui, ? mesure quil approchait, ressemblaient de plus en plus ? des g?nuflexions.

Cependant le calme s?tait peu ? peu r?tabli. Il ne restait plus que cette l?g?re rumeur qui se d?gage toujours du silence de la foule.

?Messieurs les bourgeois, dit-il, et mesdemoiselles les bourgeoises, nous devons avoir lhonneur de d?clamer et repr?senter devant son ?minence Monsieur le cardinal une tr?s belle moralit?, qui a nom: Le bon jugement de madame la vierge Marie. Cest moi qui fais Jupiter. Son ?minence accompagne en ce moment lambassade tr?s honorable de monsieur le duc dAutriche; laquelle est retenue, ? lheure quil est, ? ?couter la harangue de monsieur le recteur de lUniversit?, ? la porte Baudets. D?s que l?minentissime cardinal sera arriv?, nous commencerons.

II
Pierre Gringoire

?Commencez tout de suite! Le myst?re! le myst?re tout de suite! criait le peuple. Et lon entendait par-dessus toutes les voix celle de Johannes de Molendino: Commencez tout de suite! glapissait l?colier.

? bas Jupiter et le cardinal de Bourbon! vocif?raient Robin Poussepain et les autres clercs juch?s dans la crois?e.

Tout de suite la moralit?! r?p?tait la foule. Sur-le-champ! tout de suite! Le sac et la corde[6]6
Le sac et la corde . : , .


[]
aux com?diens et au cardinal!

Le pauvre Jupiter, hagard, effar?, p?le sous son rouge, laissa tomber sa foudre, prit ? la main son bicoquet; puis il saluait et tremblait en balbutiant: Son ?minence les ambassadeurs Madame Marguerite de Flandre Il ne savait que dire. Au fond, il avait peur d?tre pendu.

Pendu par la populace pour attendre, pendu par le cardinal pour navoir pas attendu, il ne voyait des deux c?t?s quun ab?me, cest-?-dire une potence.

Heureusement quelquun vint le tirer dembarras et assumer la responsabilit?.

Un individu qui se tenait en de?? de la balustrade dans lespace laiss? libre autour de la table de marbre, et que personne navait encore aper?u, tant sa longue et mince personne ?tait compl?tement abrit?e de tout rayon visuel par le diam?tre du pilier auquel il ?tait adoss?, cet individu, disons-nous, grand, maigre, bl?me, blond, jeune encore, quoique d?j? rid? au front et aux joues, avec des yeux brillants et une bouche souriante, v?tu dune serge noire, r?p?e et lustr?e de vieillesse, sapprocha de la table de marbre et fit un signe au pauvre patient. Mais lautre, interdit, ne voyait pas.

Le nouveau venu fit un pas de plus: ?Jupiter! dit-il, mon cher Jupiter!

Lautre nentendait point.

Enfin le grand blond, impatient?, lui cria presque sous le nez:

?Michel Giborne!

Qui mappelle? dit Jupiter, comme ?veill? en sursaut.

Moi, r?pondit le personnage v?tu de noir.

Ah! dit Jupiter.

Commencez tout de suite, reprit lautre. Satisfaites le populaire. Je me charge dapaiser monsieur le bailli, qui apaisera monsieur le cardinal.

Jupiter respira.

?Messeigneurs les bourgeois, cria-t-il de toute la force de ses poumons ? la foule qui continuait de le huer, nous allons commencer tout de suite.

Evoe, Jupiter! Plaudite, cives[7]7
laudite, cives! (.) , ! ( )


[]
! cri?rent les ?coliers.

No?l! No?l![8]8
No?l! No?l! : ! !


[]
cria le peuple.

Ce fut un battement de mains assourdissant, et Jupiter ?tait d?j? rentr? sous sa tapisserie.

Cependant le personnage inconnu qui avait si magiquement chang? la temp?te en bonace, comme dit notre vieux et cher Corneille[9]9
Corneille , .


[]
, ?tait modestement rentr? dans la p?nombre de son pilier, et y serait sans doute rest? invisible, immobile et muet comme auparavant, sil nen e?t ?t? tir? par deux jeunes femmes qui, plac?es au premier rang des spectateurs, avaient remarqu? son colloque avec Michel Giborne-Jupiter.

?Ma?tre, dit lune delles en lui faisant signe de sapprocher

Taisez-vous donc, ma ch?re Li?narde, dit sa voisine, jolie, fra?che, et toute brave ? force d?tre endimanch?e. Ce nest pas un clerc, cest un la?que; il ne faut pas dire ma?tre, mais bien messire.

Messire , dit Li?narde.

Linconnu sapprocha de la balustrade.

?Que voulez-vous de moi, mesdamoiselles? demanda-t-il avec empressement.

Oh! rien, dit Li?narde toute confuse, cest ma voisine Gisquette la Gencienne qui veut vous parler.

Cela sera-t-il beau, ce quils vont dire l?-dessus? demanda timidement Gisquette.

Tr?s beau, madamoiselle, r?pondit lanonyme sans la moindre h?sitation.

Quest-ce que ce sera? dit Li?narde.

Le bon jugement de madame la Vierge, moralit?, sil vous pla?t, madamoiselle.

Ah! cest diff?rent, reprit Li?narde.

Un court silence suivit. Linconnu le rompit:

?Cest une moralit? toute neuve, et qui na pas encore servi.

Vous nous promettez que ce myst?re sera beau? dit Gisquette.

Sans doute, r?pondit-il; puis il ajouta avec une certaine emphase: Mesdamoiselles, cest moi qui en suis lauteur.

Vraiment? dirent les jeunes filles, tout ?bahies.

Vraiment! r?pondit le po?te en se rengorgeant l?g?rement; cest-?-dire nous sommes deux: Jehan Marchand, qui a sci? les planches, et dress? la charpente du th??tre et toute la boiserie, et moi qui ai fait la pi?ce. Je mappelle Pierre Gringoire.

Chose remarquable: toute cette foule, quelques minutes auparavant si tumultueuse, attendait maintenant avec mansu?tude, sur la foi du com?dien; ce qui prouve cette v?rit? ?ternelle et tous les jours encore ?prouv?e dans nos th??tres, que le meilleur moyen de faire attendre patiemment le public, cest de lui affirmer quon va commencer tout de suite.

Toutefois l?colier Joannes ne sendormait pas.

?Hol?h?e! cria-t-il tout ? coup au milieu de la paisible attente qui avait succ?d? au trouble, Jupiter, madame la Vierge, bateleurs du diable! vous gaussez-vous? la pi?ce! la pi?ce! Commencez, ou nous recommen?ons.

Il nen fallut pas davantage.

Une musique de hauts et bas instruments se fit entendre de lint?rieur de l?chafaudage; la tapisserie se souleva; quatre personnages bariol?s et fard?s en sortirent, grimp?rent la roide ?chelle du th??tre, et, parvenus sur la plate-forme sup?rieure, se rang?rent en ligne devant le public, quils salu?rent profond?ment; alors la symphonie se tut. C?tait le myst?re qui commen?ait.

Les personnages ?taient v?tus tous quatre de robes mi-parties jaune et blanc; la premi?re ?tait en brocart, or et argent, la deuxi?me en soie, la troisi?me en laine, la quatri?me en toile. Le premier des personnages portait en main droite une ?p?e, le second deux clefs dor, le troisi?me une balance, le quatri?me une b?che; et pour aider les intelligences paresseuses qui nauraient pas vu clair ? travers la transparence de ces attributs, on pouvait lire en grosses lettres noires brod?es: au bas de la robe de brocart, JE MAPPELLE NOBLESSE; au bas de la robe de soie, JE MAPPELLE CLERG?; au bas de la robe de laine, JE MAPPELLE MARCHANDISE; au bas de la robe de toile, JE MAPPELLE LABOUR.

Il e?t fallu aussi beaucoup de mauvaise volont? pour ne pas comprendre, ? travers la po?sie du prologue, que Labour ?tait mari? ? Marchandise et Clerg? ? Noblesse, et que les deux heureux couples poss?daient en commun un magnifique dauphin dor, quils pr?tendaient nadjuger qu? la plus belle. Ils allaient donc par le monde cherchant et qu?tant cette beaut?.

Tout cela ?tait en effet tr?s beau.

Cependant, dans cette foule sur laquelle les quatre all?gories versaient ? qui mieux mieux des flots de m?taphores, il ny avait pas une oreille plus attentive, pas un c?ur plus palpitant, pas un ?il plus hagard, pas un cou plus tendu, que l?il, loreille, le cou et le c?ur de lauteur, du po?te, de ce brave Pierre Gringoire, qui navait pu r?sister, le moment dauparavant, ? la joie de dire son nom ? deux jolies filles. Il ?tait retourn? ? quelques pas delles, derri?re son pilier, et l?, il ?coutait, il regardait, il savourait.

? peine Gringoire avait-il approch? ses l?vres de cette coupe enivrante de joie et de triomphe, quune goutte damertume vint sy m?ler.

Un mendiant d?guenill?, qui ne pouvait faire recette, perdu quil ?tait au milieu de la foule, et qui navait sans doute pas trouv? suffisante indemnit? dans les poches de ses voisins, avait imagin? de se jucher sur quelque point en ?vidence, pour attirer les regards et les aum?nes. Il s?tait donc hiss? pendant les premiers vers du prologue, ? laide des piliers de lestrade r?serv?e, jusqu? la corniche qui en bordait la balustrade ? sa partie inf?rieure, et l?, il s?tait assis, sollicitant lattention et la piti? de la multitude avec ses haillons et une plaie hideuse qui couvrait son bras droit. Du reste il ne prof?rait pas une parole.

Le silence quil gardait laissait aller le prologue sans encombre, et aucun d?sordre sensible ne serait survenu, si le malheur ne?t voulu que l?colier Joannes avis?t, du haut de son pilier, le mendiant et ses simagr?es. Un fou rire sempara du jeune dr?le, qui, sans se soucier dinterrompre le spectacle et de troubler le recueillement universel, s?cria gaillardement:

?Tiens! ce malingreux qui demande laum?ne!

Quiconque a jet? une pierre dans une mare ? grenouilles ou tir? un coup de fusil dans une vol?e doiseaux, peut se faire une id?e de leffet que produisirent ces paroles incongrues, au milieu de lattention g?n?rale. Gringoire en tressaillit comme dune secousse ?lectrique. Le prologue resta court, et toutes les t?tes se retourn?rent en tumulte vers le mendiant, qui, loin de se d?concerter, vit dans cet incident une bonne occasion de r?colte, et se mit ? dire dun air dolent, en fermant ses yeux ? demi:

?La charit?, sil vous pla?t!

Eh mais, sur mon ?me, reprit Joannes, cest Clopin Trouillefou. Hol?h?e! lami, ta plaie te g?nait donc ? la jambe, que tu las mise sur ton bras?

En parlant ainsi, il jetait avec une adresse de singe un petit-blanc dans le feutre gras que le mendiant tendait de son bras malade.

Gringoire ?tait fort m?content. Revenu de sa premi?re stup?faction, il s?vertuait ? crier aux quatre personnages en sc?ne: Continuez! que diable, continuez! sans m?me daigner jeter un regard de d?dain sur les deux interrupteurs.





: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20