.

Les Diaboliques

( 18 26)



Tenez, mon p?re! dit-il dune voix basse, mais distincte. Voil? assez longtemps que je le tra?ne avec moi!

Et il nen fut pas dit davantage. Le pr?tre, comme sil e?t su de quoi il sagissait, prit lobjet et referma tranquillement la porte de son confessionnal. Les dames de la congr?gation du Saint-Rosaire crurent que lhomme qui avait parl? au pr?tre allait sagenouiller et se confesser, et furent extr?mement ?tonn?es de le voir descendre le degr? de la chapelle dun pied leste, et regagner la contre-all?e par o? il ?tait venu.

Mais, si elles furent surprises, il fut encore plus surpris quelles, car, au beau milieu de cette contre-all?e quil remontait pour sortir de l?glise, il fut saisi brusquement par deux bras vigoureux, et un rire, abominablement scandaleux dans un lieu si saint, partit presque ? deux pouces de sa figure. Heureusement pour les dents qui riaient quil les reconnut, si pr?s de ses yeux!

Sacr? nom de Dieu! fit en m?me temps le rieur ? mi-voix, mais pas de mani?re cependant quon nentend?t pas, pr?s de l?, le blasph?me et lautre irr?v?rente parole, quest-ce que tu fous donc, Mesnil, dans une ?glise, ? pareille heure? Nous ne sommes plus en Espagne, comme au temps o? nous chiffonnions si joliment les guimpes des religieuses dAvila.

Celui quil avait appel? Mesnil eut un geste de col?re.

Tais-toi! dit-il, en r?primant l?clat dune voix qui ne demandait qu? retentir. Es-tu ivre? Tu jures dans une ?glise comme dans un corps de garde. Allons! pas de sottises! et sortons dici d?cemment tous deux.

Et il doubla le pas, enfila, suivi de lautre, la petite porte basse, et quand, dehors et ? lair libre de la rue, ils eurent pu reprendre la pl?nitude de leur voix :

Que tous les tonnerres de lenfer te br?lent, Mesnil! continua lautre, qui paraissait comme enrag?. Vas-tu donc te faire capucin? Vas-tu donc manger de la messe? Toi, Mesnilgrand, toi, le capitaine de Chamboran, comme un calotin, dans une ?glise!

Tu y ?tais bien, toi! dit Mesnil, avec tranquillit?.

Jy ?tais pour ty suivre. Je tai vu y entrer, plus ?tonn? de ?a, ma parole dhonneur, que si javais vu violer ma m?re. Je me suis dit : Quest-ce donc quil va faire dans cette grange ? pr?traille? Puis jai pens? quil y avait l? quelque damn?e anguille de jupe sous roche, et jai voulu voir pour quelle grisette ou pour quelle grande dame de la ville tu y allais.

Je ny suis all? que pour moi seul, mon cher, dit Mesnil, avec linsolence froide du plus complet m?pris, de ce m?pris qui se soucie bien de ce quon pense.

Alors, tu m?tonnes plus diablement que jamais!

Mon cher, reprit Mesnil, en sarr?tant, les hommes comme moi, nont ?t? faits, de toute ?ternit?, que pour ?tonner les hommes comme toi.

Et, tournant le dos et h?tant le pas, comme quelquun qui nentend pas ?tre suivi, il monta la rue de Gisors et regagna la place Thurin, dans un des angles de laquelle il demeurait.

Il demeurait chez son p?re, le vieux M.

de Mesnilgrand comme on lappelait par la ville, quand on en parlait. C?tait un vieillard riche et avare (pr?tendait-on), dur ? la d?tente, c?tait le mot dont on se servait, qui depuis longues ann?es vivait retir? de toutes compagnies, except? pendant les trois mois que son fils, qui habitait Paris, venait passer dans la ville de ***. Alors, ce vieux M. de Mesnilgrand, qui ne voyait pas un chat dordinaire, se mettait ? inviter et ? recevoir les anciens amis et camarades de r?giment de son fils et ? se gaver de ces somptueux d?ners davare, ? faire partout, disaient les rabelaisiens de lendroit, fort malproprement et fort ingratement aussi, car la ch?re (cette ch?re de vilain vant?e par les proverbes) y ?tait excellente.

Pour vous en donner une id?e, il y avait, ? cette ?poque-l?, dans la ville de ***, un fameux receveur particulier des finances, qui avait, quand il y arriva, produit leffet dun carrosse ? six chevaux entrant dans une ?glise. C?tait un assez mince financier que ce gros homme, mais la nature s?tait amus?e ? en faire, de vocation, un grand cuisinier. On racontait quen 1814, il avait apport? ? Louis XVIII, d?talant vers Gand, dune main la caisse de son arrondissement, et de lautre un coulis de truffes qui semblait avoir ?t? cuisin? par les sept diables des p?ch?s capitaux, tant il ?tait d?licieux; Louis XVIII avait, comme de juste, pris la caisse sans dire seulement merci; mais, de reconnaissance pour le coulis, il avait orn? lestomac pr?potent de ce ma?tre queux de g?nie, pouss? en pleines finances, de son grand cordon noir de Saint-Michel, quon naccordait gu?re qu? des savants ou ? des artistes. Avec ce large cordon moir?, toujours plaqu? sur son gilet blanc, et son crachat dor allumant sa bedaine, ce Turcaret de M. Deltocq (il sappelait Deltocq), qui, les jours de Saint-Louis, portait l?p?e et lhabit de velours ? la fran?aise, orgueilleux et insolent comme trente-six cochers anglais poudr?s dargent, et qui croyait que tout devait c?der ? lempire de ses sauces, ?tait pour la ville de ***, un personnage de vanit? et de faste presque solaire Eh bien! cest avec ce haut personnage d?natoire, qui se vantait de pouvoir faire quarante-neuf potages maigres desp?ces diff?rentes, mais qui ne savait pas combien il en pouvait faire de gras, c?tait linfini! que la cuisini?re du vieux M. de Mesnilgrand luttait, et ? qui elle donnait des inqui?tudes, pendant le s?jour ? *** de son fils, au vieux M. de Mesnilgrand!

Il en ?tait fier, de son fils; mais aussi, il en ?tait triste, ce grand vieillard de p?re, et il y avait de quoi! Son jeune homme, comme il lappelait, quoiquil e?t quarante ans pass?s, avait eu la vie bris?e du m?me coup qui avait mis lEmpire en miettes et renvers? la fortune de Celui qui alors n?tait plus que lEMPEREUR, comme sil avait perdu son nom dans sa fonction et dans sa gloire! Parti comme v?lite ? dix-huit ans, de l?toffe dans laquelle se taillaient les mar?chaux ? cette ?poque, le fils Mesnilgrand avait fait les guerres de lEmpire, ayant sur son kolback tous les panaches de lesp?rance; mais le tonnerre final de Waterloo avait br?l? jusqu? ras de terre ses derni?res ambitions. Il ?tait de ceux que la Restauration ne reprit pas ? son service, parce quils navaient pu r?sister ? la fascination du retour de l?le dElbe, qui fit oublier leurs serments aux hommes les plus forts, comme sils avaient perdu leur libre arbitre. Le chef descadron Mesnilgrand, celui dont les officiers de Chamboran, ce r?giment romanesquement brave, disaient : On peut ?tre aussi brave que Mesnilgrand; mais davantage, cest impossible! vit de ses camarades de r?giment, qui navaient pas des ?tats de service comparables aux siens, devenir, ? sa moustache, colonels des plus beaux r?giments de la Garde Royale; et, quoiquil ne f?t pas jaloux, ce lui fut une cruelle angoisse C?tait une nature de lintensit? la plus redoutable. La discipline militaire dun temps o? elle fut presque romaine, fut seule capable dendiguer les passions de ce violent qui de ses passions inexprimablement terribles avait r?volt? sa ville natale avant dix-huit ans, et failli mourir. Avant dix-huit ans, en effet, des exc?s de femmes, des exc?s insens?s, lui avaient donn? une maladie nerveuse, une esp?ce de tabes dorsal pour lequel il avait fallu lui br?ler la colonne vert?brale avec des moxas. Cette m?dication effrayante qui ?pouvanta la ville de *** comme ses exc?s lavaient ?pouvant?e, fut un genre de supplice exemplaire dont les p?res de famille de la ville inflig?rent la vue ? leurs fils, pour les moraliser, comme on moralise les peuples par la terreur. Ils les men?rent voir br?ler le jeune Mesnilgrand, qui n?chappa aux morsures du feu, dirent les m?decins, que gr?ce ? une organisation denfer; c?tait le mot, puisquelle avait si bien r?sist? ? la flamme. Aussi quand, avec cette organisation si prodigieusement exceptionnelle, qui, apr?s les moxas, r?sista plus tard aux fatigues, aux blessures et ? tous les fl?aux qui puissent fondre sur un homme de guerre, Mesnilgrand, robuste encore, se vit, en pleine maturit?, sans le grand avenir militaire quil avait r?v?, sans but d?sormais, les bras cass?s et l?p?e clou?e au fourreau, ses sentiments sexasp?r?rent jusqu? la fureur la plus aigu?. Sil fallait, pour le faire comprendre, chercher dans lhistoire un homme ? qui comparer Mesnilgrand, on serait oblig? de remonter jusquau fameux Charles le T?m?raire, duc de Bourgogne. Un moraliste ing?nieux, pr?occup? du non-sens de nos destin?es, a, pour lexpliquer, pr?tendu que les hommes ressemblent ? des portraits dont les uns ont la t?te ou la poitrine coup?e par leurs cadres, sans proportion avec leur grandeur naturelle, et dont les autres disparaissent, rapetiss?s et r?duits ? l?tat de nains par labsurde immensit? du leur. Mesnilgrand, fils dun simple hobereau bas-normand, qui devait mourir dans lobscurit? de la vie priv?e, apr?s avoir manqu? la grande gloire historique pour laquelle il ?tait n?, se rencontra avoir, et pour quoi en faire? l?pouvante puissance de furie continue, denvenimement et dulc?ration enrag?e, quavait ce T?m?raire, que lhistoire appelle aussi le Terrible Waterloo, qui lavait jet? sur le pav?, fut pour lui, en une fois, ce que Granson et Morat avaient ?t?, en deux, pour cette foudre humaine qui s?teignit dans les neiges de Nancy. Seulement, il ny eut pas de neige et de Nancy pour Mesnilgrand, le chef descadron d?gomm?, comme disent les gens qui d?shonorent tout, avec leur bas vocabulaire. A cette ?poque, on crut quil se tuerait, ou quil deviendrait fou. Il ne se tua point, et sa t?te r?sista. Il ne devint pas fou. Il l?tait d?j?, dirent les rieurs, car il y a toujours des rieurs. Sil ne se tua pas, et, sa nature ?tant donn?e, ses amis auraient pu lui demander, mais ne lui demand?rent pas pourquoi, il n?tait pas homme ? se laisser manger le c?ur par le vautour, sans essayer d?craser le bec du vautour. Comme Alfi?ri, cet incroyable volontaire dAlfi?ri, qui, ne sachant rien que dompter des chevaux, apprit le grec ? quarante ans et fit m?me des vers grecs, Mesnilgrand se jeta, ou plut?t se pr?cipita dans la peinture, cest-?-dire dans ce quil y avait de plus ?loign? de lui, exactement comme on monte au septi?me ?tage pour se tuer mieux, en tombant de plus haut, quand on veut se jeter par la fen?tre. Il ne savait pas un mot de dessin, et il devint peintre comme G?ricault, quil avait, je crois, connu aux Mousquetaires. Il travailla avec la furie de la fuite devant lennemi, disait-il, avec un rire amer, exposa, fit ?clat, nexposa plus, crevant ses toiles apr?s les avoir peintes, et recommen?ant de travailler avec un infatigable acharnement. Cet officier, qui avait toujours v?cu le bancal ? la main, emport? par son cheval ? travers lEurope, passa sa vie piqu? devant un chevalet, sabrant la toile de son pinceau, et tellement d?go?t? de la guerre, le d?go?t de ceux qui adorent! que ce quil peignait le plus, c?taient des paysages, des paysages comme ceux quil avait ravag?s. Tout en les peignant, il m?chait je ne sais quel mastic dopium, m?l? au tabac quil fumait jour et nuit, car il s?tait fait construire une esp?ce de houka de son invention, dans lequel il pouvait fumer, m?me en dormant. Mais ni les narcotiques, ni les stup?fiants, ni aucun des poisons avec lesquels lhomme se paralyse et se tue en d?tail, ne purent endormir ce monstre de fureur, qui ne sassoupissait jamais en lui et quil appelait le crocodile de sa fontaine, un crocodile phosphorescent dans une fontaine de feu! Daucuns, qui le connaissaient mal, le crurent longtemps carbonaro. Mais, pour ceux qui le connaissaient mieux, il y avait trop de d?clamation et de lib?ralisme b?te dans le carbonarisme, pour quun homme aussi absolu tomb?t dans des niaiseries quil jugeait, avec la ferme judiciaire de son pays. Et de fait, en dehors de ses passions, dont lextravagance avait ?t? quelquefois sans limites, il avait le sentiment net de la r?alit? qui distingue les hommes de race normande. Il ne donna jamais dans lillusion des conspirations. Il avait pr?dit au g?n?ral Berton sa destin?e. Dun autre c?t?, les id?es d?mocratiques sur lesquelles les Imp?rialistes sappuy?rent sous la Restauration, pour mieux conspirer, lui r?pugnaient dinstinct. Il ?tait profond?ment aristocrate. Il ne l?tait pas seulement de naissance, de caste, de rang social; il l?tait de nature, comme il ?tait lui, et pas un autre, et comme il le?t ?t? encore, aurait-il ?t? le dernier cordonnier de sa ville, Il l?tait enfin, comme dit Henri Heine, par sa grande mani?re de sentir , et non point bourgeoisement, ? la fa?on des parvenus qui aiment les distinctions ext?rieures. Il ne portait pas ses d?corations. Son p?re, le voyant ? la veille de devenir colonel, quand s?croula lEmpire, lui avait constitu? un majorat de baron; mais il nen prit jamais le titre, et, sur ses cartes et pour tout le monde, il ne fut que le chevalier de Mesnilgrand . Les titres, vid?s des privil?ges politiques dont ils ?taient bourr?s autrefois, et qui en faisaient de vraies armes de guerre, ne valaient pas plus ? ses yeux que des ?corces dorange quand lorange ny est plus, et il sen moquait bien, m?me devant ceux qui les respectaient. Il en donna la preuve, un jour, dans cette petite ville de ***, entich?e de noblesse, o? les anciens seigneurs terriens du pays, ruin?s et vol?s par la R?volution, avaient, peut-?tre pour se consoler, linoffensive manie de sattribuer entre eux des titres de comte et de marquis, que leurs familles tr?s anciennes, et nayant nul besoin de cela pour ?tre tr?s nobles, navaient jamais port?s. Mesnilgrand, qui trouvait cette usurpation ridicule, prit un moyen hardi pour la faire cesser. Un soir de r?union dans une des maisons les plus aristocratiques de la ville, il dit au domestique : Annoncez le duc de Mesnilgrand. Et le domestique, ?tonn?, annon?a dune voix de Stentor : Monsieur le duc de Mesnilgrand! Ce fut un haut-le-corps g?n?ral. Ma foi, dit-il, voyant leffet quil avait produit, en tant que tout le monde se donne un titre, jai mieux aim? prendre celui-l?! On ne souffla mot. Et m?me quelques-uns de bonne humeur se mirent ? rire dans les petits coins; mais on ne recommen?a plus. Il y a toujours des Chevaliers errants dans le monde. Ils ne redressent plus les torts avec la lance, mais les ridicules avec la raillerie, et Mesnilgrand ?tait de ces Chevaliers-l?.

Il avait le don du sarcasme. Mais ce n?tait pas le seul don que le Dieu de la force lui e?t fait. Quoique, dans son ?conomie animale, le caract?re f?t sur le premier plan, comme chez presque tous les hommes daction, lesprit, rest? en seconde ligne, nen ?tait pas moins, pour lui et contre les autres, une puissance. Nul doute que si le chevalier de Mesnilgrand avait ?t? un homme heureux, il ne?t ?t? tr?s spirituel; mais, malheureux, il avait des opinions de d?sesp?r? et, quand il ?tait gai, chose rare, une ga?t? de d?sesp?r?; et rien ne casse mieux que la pens?e fixe du malheur le kal?idoscope de lesprit et ne lemp?che mieux de tourner, en ?blouissant. Seulement, ce quil avait par-dessus tout, c?tait, avec les passions qui fermentaient dans son sein, une extraordinaire ?loquence. Le mot quon a dit de Mirabeau et quon peut dire de tous les orateurs : Si vous leussiez entendu! semblait fait sp?cialement pour lui. Il fallait le voir, ? la moindre discussion, sa poitrine de volcan soulev?e, passant du p?le ? un p?le plus profond, le front labour? de houles de rides comme la mer dans louragan de sa col?re, les pupilles jaillissant de leur corn?e, comme pour frapper ceux ? qui il parlait, deux balles flamboyantes! fallait le voir haletant, palpitant, lhaleine courte, la voix plus path?tique ? mesure quelle se brisait davantage, lironie faisant trembler l?cume sur ses l?vres, longtemps vibrantes apr?s quil avait parl?, plus sublime d?puisement, apr?s ces acc?s, que Talma dans Oreste, plus magnifiquement tu? et cependant ne mourant pas, n?tant pas achev? par sa col?re, mais la reprenant le lendemain, une heure apr?s, une minute apr?s, ph?nix de fureur, renaissant toujours de ses cendres! Et en effet, nimporte ? quel moment on touch?t ? de certaines cordes, immortellement tendues en lui, il sen ?chappait des r?sonances ? renverser celui qui aurait eu limprudence de les effleurer. Il est venu passer hier la soir?e ? la maison, disait une jeune fille ? une de ses amies. Ma ch?re, il y a rugi tout le temps. Cest un d?moniaque. On finira par ne plus le recevoir du tout, M. de Mesnilgrand. Sans ces rugissements de mauvais ton, pour lesquels ne sont faits ni les salons, ni les ?mes qui les habitent, peut-?tre aurait-il int?ress? les jeunes filles qui en parlaient avec cette moqueuse s?v?rit?. Lord Byron commen?ait ? devenir fort ? la mode dans ce temps-l?, et quand Mesnilgrand ?tait silencieux et contenu, il y avait en lui quelque chose des h?ros de Byron. Ce n?tait pas la beaut? r?guli?re que les jeunes personnes ? ?me froide recherchent. Il ?tait rudement laid; mais son visage p?le et ravag?, sous ses cheveux ch?tains rest?s tr?s jeunes, son front rid? pr?matur?ment, comme celui de Lara ou du Corsaire, son nez ?pat? de l?opard, ses yeux glauques, l?g?rement bord?s dun filet de sang comme ceux des chevaux de race tr?s ardents, avaient une expression devant laquelle les plus moqueuses de la ville de *** se sentaient troubl?es. Quand il ?tait l?, les plus ricaneuses ne ricanaient plus. Grand, fort, bien tourn?, quoiquil se vo?t?t un peu du haut du corps, comme si la vie quil portait e?t ?t? une armure trop lourde, le chevalier de Mesnilgrand avait, sous son costume moderne lair perdu quon retrouve dans certains majestueux portraits de famille. Cest un portrait qui marche , disait encore une jeune fille qui le voyait entrer dans un salon pour la premi?re fois. Dailleurs, Mesnilgrand couronnait tous ces avantages par un avantage sup?rieur ? tous les autres, aux yeux de ces fillettes : il ?tait toujours divinement mis. Etait-ce l? une derni?re coquetterie de sa vie dhomme ? femmes, ? ce d?sesp?r?, et qui survivait ? cette vie finie, enterr?e, comme le soleil couch? envoie un dernier rayon rose au flanc des nuages derri?re lesquels il a sombr?? Etait-ce un reste du luxe satrapesque, ?tal? autrefois par cet officier de Chamboran qui avait fait payer au vieil avare son p?re, quand son r?giment fut licenci?, vingt mille francs seulement de peaux de tigre pour ses chabraques et ses bottes rouges? Mais, le fait est quaucun jeune homme de Paris ou de Londres ne le?t emport? par l?l?gance sur ce misanthrope, qui n?tait plus du monde, et qui, pendant les trois mois de son s?jour ? ***, ne faisait que quelques visites, et puis apr?s nen faisait plus.

Il y vivait, comme ? Paris, livr? ? sa peinture jusqu? la nuit. Il se promenait peu dans cette ville propre et charmante, ? laspect r?veur, b?tie pour des r?veurs, cette ville de po?tes, o? il ny en avait peut-?tre pas un. Quelquefois, il y passait dans quelques rues, et le boutiquier disait ? l?tranger qui remarquait sa hautaine tournure : Cest le commandant Mesnilgrand , comme si le commandant Mesnilgrand devait ?tre connu de toute la terre! Qui lavait vu une fois ne loubliait plus. Il imposait, comme tous les hommes qui ne demandent plus rien ? la vie; car qui ne demande rien ? la vie est plus haut quelle, et cest elle alors qui fait des bassesses avec nous. Il nallait point au caf? avec les autres officiers que la Restauration avait ray?s de ses cadres de service, et auxquels il ne manquait jamais de donner une poign?e de main, quand il les rencontrait. Les caf?s de province r?pugnaient ? son aristocratie. C?tait pour lui affaire de go?t que de ne pas entrer l?. Cela ne scandalisait personne. Les camarades ?taient toujours s?rs de le rencontrer chez son p?re, devenu, pendant son s?jour, magnifique, davare quil ?tait pendant son absence, et qui leur donnait des festins appel?s par eux des Balthazars, quoiquils neussent jamais lu la Bible.

Il y assistait en face de son fils, et quoiquil f?t vieux et sembl?t-il, par la tenue, un personnage de com?die, on voyait que le p?re avait d? ?tre, dans le temps, digne de procr?er cette g?niture dont il avait lorgueil C?tait un grand vieillard tr?s sec, droit comme un m?t de vaisseau, qui tenait alti?rement t?te ? la vieillesse. Toujours v?tu dune longue redingote de couleur sombre, qui le faisait para?tre encore plus grand quil n?tait, il avait ext?rieurement laust?rit? du penseur ou dun homme pour lequel le monde navait ni pompes, ni ?uvres. Il portait, sans le quitter jamais, depuis des ann?es, un bonnet de coton avec un large serre-t?te lilas; mais nul plaisant naurait song? ? rire de ce bonnet de coton, la coiffure traditionnelle du Malade imaginaire. Le vieux M. de Mesnilgrand ne pr?tait pas plus ? la com?die qu? personne. Il aurait coup? le rire sur les l?vres joyeuses de Regnard, et rendu plus pensif le regard pensif de Moli?re. Quelle que?t ?t? la jeunesse de ce G?ronte ou de cet Harpagon presque majestueux; cela remontait trop loin pour quon sen souv?nt. Il avait donn? (disait-on) du c?t? de la R?volution, quoiquil f?t le parent de Vicq dAzir, le m?decin de Marie-Antoinette, mais ce navait pas ?t? long. Lhomme du fait (les Normands appellent leur bien leur fait; expression profonde!), le possesseur, le terrien, avaient en lui promptement redress? lhomme did?e. Seulement, de la R?volution, il ?tait sorti ath?e politique, comme il y ?tait entr? ath?e religieux, et ces deux ath?ismes combin?s en avaient fait un n?gateur carabin?, qui aurait effray? Voltaire. Il parlait peu, du reste, de ses opinions, except? dans ces d?ners dhommes quil donnait pour f?ter son fils, o?, se trouvant en famille did?es, il laissait ?chapper des lueurs dopinion qui auraient justifi? ce quon disait de lui par la ville. Pour les gens religieux et les nobles dont elle ?tait pleine, c?tait, en effet, un vieux r?prouv? quil ?tait impossible de voir et qui s?tait fait justice, en nallant chez personne Sa vie ?tait tr?s simple. Il ne sortait jamais. Les limites de son jardin et de sa cour ?taient pour lui le bout du monde. Assis, lhiver, sous le grand manteau de la chemin?e de sa cuisine, o? il avait fait rouler un vaste fauteuil rouge brun de velours dUtrecht, ? larges oreilles, silencieux devant les domestiques quil g?nait de sa pr?sence, car devant lui ils nosaient pas parler haut, et ils sentretenaient ? voix basse, comme dans une ?glise; l?t?, il les d?livrait de sa pr?sence, et il se tenait dans sa salle ? manger, qui ?tait fra?che, lisant les journaux ou quelques bouquins dune ancienne biblioth?que de moines, achet?s par lui ? la cri?e, ou classant des quittances devant un petit secr?taire d?rable, ? coins cuivr?s, quil avait fait descendre l?, pour ne pas ?tre oblig? de monter un ?tage, quand ses fermiers venaient, et quoique ce ne f?t pas l? un meuble de salle ? manger. Sil se passait autre chose que des calculs dint?r?ts dans sa cervelle, cest ce que personne ne savait. Sa face, ? nez court, un peu ?cras?e, blanche comme la c?ruse et trou?e de petite v?role, ne laissait rien filtrer de ses pens?es, aussi ?nigmatiques que celles dun chat, qui fait ronron au coin du feu. La petite v?role, qui lavait cribl?, lui avait rougi les yeux et retourn? les cils en dedans, quil ?tait oblig? de couper; et cette horrible op?ration, quil fallait r?p?ter souvent, lui avait rendu la vue clignotante, si bien que, quand il vous parlait, il ?tait oblig? de mettre la main sur ses sourcils comme un garde-vue, pour sassurer le regard, en se renversant un peu en arri?re, ce qui lui donnait tout ? la fois un grand air dimpertinence et de fiert?. On ne?t certainement, avec aucun lorgnon, obtenu un effet dimpertinence sup?rieur ? celui quobtenait le vieux M. de Mesnilgrand avec sa main tremblante, pos?e de champ sur ses sourcils pour vous ajuster et vous voir mieux, quand il vous interpellait Sa voix ?tait celle dun homme qui avait toujours eu le droit du commandement sur les autres, une voix de t?te plus que de poitrine, comme celle dun homme qui a lui-m?me plus de t?te que de c?ur; mais il ne sen servait pas beaucoup. On aurait dit quil en ?tait aussi avare que de ses ?cus. Il l?conomisait, non pas comme le centenaire Fontenelle ?conomisait la sienne, quand il interrompait sa phrase, lorsquil passait une voiture, pour la reprendre apr?s que le roulement de la voiture avait cess?. Le vieux M. de Mesnilgrand n?tait pas, comme le vieux Fontenelle, un bonhomme de porcelaine f?l?e, perp?tuellement occup? ? surveiller ses f?lures. C?tait, lui, un antique dolmen, de granit pour la solidit?, et sil parlait peu, cest que les dolmens parlent peu, comme les jardins de La Fontaine. Quand cela lui arrivait, du reste, c?tait dune bri?ve fa?on, ? la Tacite. En conversation, il gravait le mot. Il avait le style lapidaire, et m?me lapidant, car il ?tait n? caustique, et les pierres quil jetait dans le jardin des autres atteignaient toujours quelquun. Autrefois, comme beaucoup de p?res, il avait pouss? des cris de cormoran contre les d?penses et les folies de son fils; mais depuis que Mesnil ainsi quil disait par abr?viation famili?re ?tait rest? pris comme un Titan sous la montagne renvers?e de lEmpire, il avait pour lui le respect dun homme qui a pes? la vie dans tous les tr?buchets du m?pris et qui trouvait que rien nest plus beau, apr?s tout, que la force humaine ?cras?e par la stupidit? du destin!





: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26